TIC : Une nouvelle ère pour le développement

TIC : Une nouvelle ère pour le développement

Il est temps de saisir la quatrième révolution industrielle en Afrique et en particulier au Cameroun afin de se voir émergent. C’est sur cette lancée que l’Agence Nationale des Technologies de l’Information et de la Communication (ANTIC) organise une réflexion sur la question. Le Directeur Général de ladite institution, Pr Ebot Ebot Enaw a donné le ton cet atelier le 26 novembre dernier à Yaoundé.

Durant trois jours de travaux, les enseignants, chercheurs et professionnels des secteurs et privés vont se pencher sur la question de la promotion de TIC au Cameroun. L’objectif de cette assise est d’évaluer le niveau de transformation digitale du Cameroun. En cela s’ajoute le partage des expériences et bonnes pratiques dans le domaine.

Pr Ebot Ebot Enaw, Directeur Général de l’ANTIC

Conscient de ce que le développement passe aujourd’hui sur l’utilisation de la technologie, l’informatique, l’internet et bien d’autres outils. Il est important de saisir l’opportunité qui viendra  résoudre le problème de l’employabilité en Afrique. Fort de ce qui précède, « d’ici 2030, on aura aujourd’hui 85% des emplois qui seront utiliser en 2030 et qui ne sont pas encore connus  » explique le répresentant du Minesup, Pr Atsa Robert

A lui d’ajouter :  » D’ici 2050, la population africaine va partir de 1.200.000.000 à 2.500.000.000. (…)La population sera donc jeune. On aura 75% de la population africaine qui aura plus de 30 ans. C’est une bombe à retardement si les engagements ne sont pas entrepris au niveau des différents états africains ».

Plusieurs experts africains et européens sont au rdv de cet échange technologique. La finalité est « de comprendre les TIC qui représentent une opportunité de développement pour l’Afrique et du Cameroun en particulier. Car, nous voulons être émergents en 2035. Pour être émergent, il faudrait que les africains soient capable de résoudre leur problème en maintenant leur culture » indique Pr Atsa.

 

%d blogueueurs aiment cette page :