Silences présidentiels au Cameroun : pourquoi Christian Penda Ekoka s’agite?

Silences présidentiels au Cameroun : pourquoi Christian Penda Ekoka s’agite?

Depuis quelques jours, le coordonnateur du mouvement Agir et allié de Maurice Kamto du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), multiplie des sorties pour inciter le Chef de l’Etat camerounais à prendre la parole.

Le 29 mars dernier par un Tweet, Christian Penda Ekoka a encore décrié l’absence du Chef de l’État en rapport avec l’actualité de l’heure, notamment la lutte contre le COVID-19.

Dans son Tweet, le leader du mouvement Agir constate, « le vide de leadership au sommet pour impulser une réponse efficace aux menaces du COVID-19». Cette sortie est consécutive à celle de son mentor politique, Maurice Kamto qui dans un ton discourtois et teinté d’injonction donnait un délais de 7 jours à Paul Biya pour prendre la parole. Un discours caractérisé de mépris à l’endroit du président Paul Biya dont on sait indifférend à la manipulation et totalement au dessus de toutes les poches de pression.
A lire aussi
Cameroun – Explosion des bombes à Bamenda et Douala: Les dignitaires musulmans du Littoral et du Sud-Ouest condamnent et appellent à la paix
Bataille rangée des pouvoirs publics contre le COVID-19

La volonté des pouvoirs publics sur les hautes instructions du Chef de l’Etat d’éradiquer la pandémie du COVID-19 au Cameroun est manifeste. Pour preuve, les 13 mesures barrières prescrites par le Premier ministre, Chef du gouvernement depuis le 17 mars dernier, ont été reconduites hier 1er avril 2020 pour 14 jours. Ces mesures sont susceptibles d’être renouvellées en cas de nécessité. Le ministère de la Santé Publique et toutes les sectorielles impliquées sont en état de veille.

L’Etat met des moyens visiblement. Un fonds spécial d’aide vient de voir le jour pour impulser la lutte. C’est dire que Paul Biya est à la manœuvre et tient à la bonnr marche des institutions républicaines. Quant à ceux qui s’agitent afin qu’il prenne la parole, ils peuvent encore attendre car il est lui-même, son propre juge d’opportunités.
A lire aussi
Hervé Emmanuel Nkom: « C’est injuste mais j’accepte (…) Le Conseil constitutionnel est une instance politique »

Partager sur:

%d blogueueurs aiment cette page :