Scrutin avorté : « Nous allons revenir à une élection dans la région du Centre incessamment »

Scrutin avorté : « Nous allons revenir à une élection dans la région du Centre incessamment »

Telles sont les déclarations du Président sortant Janvier Njikam. C’était au cours de l’élection du nouveau président de l’AJSC Centre, Sud et Est organisé ce 12 décembre au CCC de Yaoundé. Les journalistes de sport et autres professionnels connexes se séparent sous une vive tension. L’assemblée générale élective est donc renvoyée à une date ultérieure.

Les signes précurseurs annonçaient d’ores et déjà ce scrutin sous une ambiance électrique. Entre violation de textes, tractations, tout était mis en place pour se frayer un chemin plus ou moins victorieux. Les alliés des deux candidats se dictaient les lois. Du coup, c’était véritablement une partie de ping-pong de mots. Malgré tout, les choses avançaient. Après l’élection du scrutin de liste par  l’assemblée  sous la supervision du président de séance, l’un des camps a rejeté ce choix pour opter au scrutin uninominal. Ce dernier était le choix du président national, Eric Martial Djomo.

La faction conduite par le candidat connu officieusement a insisté et persisté sur le scrutin de liste. Après moult négociations, les deux parties n’ont pas pu s’entendre pour afin aller aux élections. Le président sortant étant l’initiateur de cette assise a arrêté les taureaux pour les cornes.  Pourtant, le directeur de publication de Frontières d’Afrique venait de déroger à la règle de la location de la salle de réunion. C’est ainsi que Janvier Njikam a mis fin à la séance.

La cause selon lui est « Il faut que les uns et les autres comprennent que la vie associative, c’est une vie d’amitié. Une vie où on se serre les coudes. Ce n’est pas une vie d’animosité ». « Fondamentalement ce qui fait problème c’est la qualité des membres. (…) nous avons pratiquement deux AJSC. Nous avons une Ajsc tenue par Bertille Bikoun qui dit être à la tête d’un comité provisoire de gestion. Vous avez une AJSC tenue par le président Eric Martial Djomo qui, est le président élu donc moi je dépends. Je suis légaliste » ajoute-il. Cet arrêt de l’assemblée générale élective a pour fin de « prendre du temps pour nettoyer le fichier. De façon consensuelle, nous allons revenir à une élection dans la région du centre incessamment ». Pour l’heure, le film triste continue.

 

%d blogueueurs aiment cette page :