Nécrologie : Mort mystérieuse d’une surveillante générale à Obala

Nécrologie : Mort mystérieuse d’une surveillante générale à Obala

Intelligente, conseillère, éloquente sont quelques qualificatifs qu’on pouvait lui coller. À presque trois semaines que le train de la rentrée scolaire a pris le rail, madame Kana Ntolo née Fotso Maggie Laure s’échappe inexplicablement de son siège.  

Intelligente, conseillère, éloquente sont quelques qualificatifs qu’on pouvait lui coller. À presque trois semaines que le train de la rentrée scolaire a pris le rail, madame Kana Ntolo née Fotso Maggie Laure s’échappe inexplicablement de son siège.

Madame Kana, dite Me’e Fotso (c) Droits réservés 

L’émotion est encore vive dans la ville d’Obala. Très tôt dans la matinée du lundi 23 septembre 2019, le corps sans vie de madame Kana Laure a été retrouvé dans sa chambre à coucher. Cette mort in extremis de l’enseignante d’anglais de la catégorie A2 de la fonction publique camerounaise dont la renommée était établie, laisse les populations de la localité dans l’émoi.

Selon des témoignages reçus par lebledparle.com surplace la surveillante générale du Collège d’enseignement secondaire (CES) de Mbélé (un village proche d’Obala Ndlr) quitte la scène de façon brutale et incomprehensible : « Elle s’est rendue à l’église dimanche, elle a prêché. Elle se portait très bien. Le soir elle est allée se coucher. Le matin (lundi), à 6 heures passées, elle était encore couchée. C’est en ce moment où sa fille s’est rendue dans la chambre pour la réveiller, afin qu’elle s’apprête pour l’école. Après plusieurs essais, elle constate que sa maman ne réagit pas », nous relate la voisine de la défunte.

Ayant fait le constat, l’enfant va ainsi alerter l’entourage, qui viendra confirmer que la dame n’était plus de ce monde. Si rien ne filtre jusqu’ici les mobiles de cette mort subite, plusieurs sources évoquent l’hypothèse d’un arrêt cardiaque. Mais il faut souligner qu’elle ne présentait pas d’anomalies.

L’enseignante dont les obsèques se tiendront le 5 octobre 2019, laisse ainsi orphelins ses enfants, ses élèves ainsi que ses collègues.

Officiellement mariée, elle est née le 17 octobre 1973 à Bangou dans la région de l’ouest Cameroun, elle fait ses études secondaires au lycée classique et moderne de Ngaoundéré dans l’Adamoua. Après son baccalauréat, elle entre à l’université de Yaoundé I dans la filière Lettres bilingue. Après sa licence, elle entre à l’école normale supérieure et en ressort avec un DIPESS II. Elle a enseigné dans plusieurs établissements dont le lycée bilingue d’Obala, l’institut agricole d’Obala, le CES de Mbélé (où elle était actuellement surveillante générale)…

La mort n’étant qu’un passage vers un pays dénué de toute souffrance, un monde merveilleux où s’effacent toute douleur et maladie, une île de repos éternel où se retrouveront un jour les personnes qui s’aiment, lebledparle.com souhaite un repos éternel de son âme.

%d blogueueurs aiment cette page :