Meeting International – Sports pour Déficients Intellectuels : Le Cameroun rafle

Meeting International – Sports pour Déficients Intellectuels : Le Cameroun rafle

Après cinq jours de compétition, le pays hôte récolte 10 métaux en or sur douze. L’athlète équatoguinéen Diego Clemente Mitogo Oyono non seulement est sacré meilleur athlète chez les messieurs mais s’en sort avec deux médailles en or en 400 M et 200 M. La compétition s’est achevée hier 24 avril au stade omnisport Ahmadou Ahidjo de Yaoundé par les différentes finales. C’était sous l’œil vigilant de l’Ambassadeur de la Guinée Equatoriale au Cameroun, S.E Armando Kote Echuaca.

Le public a assisté à douze finales dans sept différentes disciplines du meeting international à savoir le lancer de poids, saut en longueur, 100 M, 400 M, 800 M, 1500 M, et 200 M. Les dames et messieurs étaient engagés à ce rdv athlétique. Seule la Guinée Equatoriale a honoré à cette compétition internationale avec un athlète porteur d’espoir qui a mis en déroute le champion camerounais en 400 et 200 mètres, Josee Onguene Malla. Mais, le Cameroun a montré une bonne figure au cours de ce meeting. « Nos athlètes se sont améliorés. Onguene qui avait l’habitude de planer sur les 400 M gagnait à tout moment a compris que ce n’est pas facile. Vous avez vu comment l’équatoguinéen est venu lui rafler le podium. Je pense que ça lui a fait une leçon et c’est la même chez tous les autres athlètes qui dormaient sur leur laurier pour faute de compétition » explique le président de la Fédération Camerounaise de Sports pour Déficients Intellectuels, Jean Marie Aléokol. A lui d’ajouter : « Je suis satisfait au niveau de l’organisation, au niveau des performances, vous avez passé cinq avec ses athlètes, vous avez compris qu’il leur fallait cette émulation ».  Edwige Aline Akono Owona est sacrée meilleure athlète dame.

Le président de la Fecasdi, Jean Marie Aleokol fait une photo après avoir remis les médailles aux athlètes dames.

Equipé des tests psychométriques, « nous allons bientôt rentrer dans le ranking mondial pour que nos athlètes soient classifiés de manière permanente. Et, que lorsqu’il y’a compétition paralympique qu’on n’hésite plus à parler les athlètes de déficients intellectuels de l’Afrique » justifie le président de la Fecasdi. Avec des athlètes qui sont passés de minima B à minima A, selon le leader de la Fecasdi, seuls les politiques et diplomates peuvent bouger les lignes et permettre aux athlètes africains de participer aux jeux paralympiques. De mémoire, le Cameroun est leader en Afrique Centrale.

%d blogueueurs aiment cette page :