Louis Tsoungui : « la construction de notre propre site »

Louis Tsoungui : « la construction de notre propre site »

Tel est l’un des objectifs majeurs d’Onyx Basketball Academy après avoir soufflé sur sa vingtième bougie le 5 décembre dernier. Dans une ambiance de bon enfant au cours des manifestations de l’anniversaire, le fondateur Louis Tsoungui  a fait fi de ce dessein très capital pour l’avenir de l’académie.  

 » Gros projet « 

A deux décennies, Onyx basketball Academy a déjà formé plus de 2000 joueurs, accueilli plus de 250 enfants défavorisés, trouvé plus de 50 bourses d’études pour les USA, organisé six tournois humanitaires pour les enfants défavorisés etc… Après ce record exhaustif, il y’a de quoi penser à mettre sur pied un centre. « Nous travaillons depuis un an et demi sur la construction de notre propre site, notre propre lieu qui sera à la fois scolaire, éducative, sportive et artistique. Donc c’est vraiment notre gros projet »  indique le fondateur Louis Tsoungui.

Mais en dehors de cet objectif ô combien important, l’ancien joueur international de basketball entend élargir son champ d’action. Cette fois-ci, il va à la rencontre des personnes drépanocytaires. « (…) nous avons toujours des projets que nous mettons chaque année par exemple avec une association qui s’occupe des drépanocytaires. Nous allons mettre en place un programme de basket adapté aux drépanocytaires pour l’année 2021, ce sont toujours des projets passionnants »

 » Ils ont pu apprendre à lire et à écrire « 

L’académie ne se limite pas à former les basketteurs professionnels. « Le plus important pour nous est de former les futurs adultes responsables. (…) De nombreux jeunes ne sont pas devenus basketteurs professionnels mais grâce à Onyx, ils ont pu apprendre à lire et à écrire. On leur a aidé à réussir leur examen parce qu’on soutient aussi financièrement la scolarité de certains enfants en difficulté. Beaucoup aujourd’hui sont devenus des professionnels dans la coiffure, un ingénieur en agriculture etc… Et nous remercie tous les jours. Donc il y’a car même un sentiment de fierté on n’a pas fait tout ça pour rien. Alors évidemment,  Il y’a quelques joueurs qui ont pu devenir professionnels de basket dans le monde entier que ce soit en Afrique, en Asie, aux Etats Unis ou en Europe »

Ce projet ne saurait voir le jour sans l’appui multiforme des parents et partenaires. Grâce à Onyx et les partenaires, Darell Ivan Mouldessou âgé de 16 ans et mesurant 2 mètres peut ainsi jouir de sa passion. Arrivé en 2019 à Onyx lors du camp de vacances, ce futur basketteur professionnel  pense que « l’encadrement est meilleur chaque année. On s’entraine tous les jours à Onyx matin comme soir. Certaines journées où nous avons trois entrainements ». Même son de cloche pour Lyne Onana repérée lors d’un 3×3 ça fait de cela trois ans. Le basket est sa profession mais elle tire un coup de chapeau à Onyx. « J’ai le privilège d’être dans ce club parce qu’il assure la scolarité et le logement(…) ». La coupure du gâteau s’est effectuée le même jour en soirée. Vivement joyeux anniversaire !

%d blogueueurs aiment cette page :