Joseph LE : « Il est révolu le temps de la tolérance administrative »

Joseph LE : « Il est révolu le temps de la tolérance administrative »

Telle est la déclaration forte du Ministre de la Fonction Publique et de la Reforme Administrative à la suite de l’opération de comptage physique des personnels de l’Etat qui a vu à ce jour 493 agents publics révoqués et licenciés. C’était au cours d’une conférence de presse tenue ce 26 mai à Yaoundé.

Suite à la fâcheuse constat fait de l’absentéisme chronique des personnels de l’administration est née l’opération de comptage physique des personnels de l’Etat. Cette initiative avait pour but de toiletter le fichier de l’Etat et de la solde. Lancé l’année dernière sur toute l’étendue du territoire, il ressort que « 239 fonctionnaires mise en cause ont été traduits devant le conseil permanent de discipline de la fonction publique depuis le 25 juin 2020 ; 246 dossiers des agents de l’Etat relevant du code du travail ont été examinés au sein des unités opérationnelles crées à cet effet ; 315 agents publics n’ont pas été recensés pour cause des décès alors que malheureusement les familles ont continué à percevoir la solde ; 116 mise en cause ont produit des dossiers médicaux pour justifier leur absence mais certains se sont avérés faux après vérification. » explique le ministre Joseph Le. A lui d’ajouter : « Il y’a lieu d’indiquer que ceux qui ont répondu présents au conseil ont écopé des sanctions diverses allant de l’avertissement, de blâme, de l’abaissement d’un ou de deux échelons à la révocation ou alors licenciement tandis que l’autre ont tout simplement bénéficié des reprises en soldes. »

« Au total 7622 agents publics sont demeurés en position d’abandon de poste et n’ont pas pu devoir répondre à nos multiples mises en demeure. Ils sont ipso-facto radiés des effectifs de la fonction publique camerounaise. (…) Nous n’avons plus de choix que de radier les effectifs de notre administration, ces agents publics fautifs ou fictifs qui émargent impunément au budget de l’Etat. Des sanctions de révocation et de licenciement dont certaines relèvent de la compétence de Monsieur le Premier Ministre et d’autres de la compétence de la Fonction Publique et de la Reforme Administrative vont désormais s’abattre sur les coupables. A ce jour, nous comptons déjà 493 révocations et licenciement et ce n’est pas tout ce n’est que le début.» indique  le patron de la fonction publique.

Il est à noter que le toilettage définitif du fichier de l’Etat et de la solde sont assurés par deux équipes l’une du Ministère de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative et l’autre du Ministère des Finances. Ces deux ministères vont « être régulièrement déployés auprès des responsables des ressources humaines des différents départements ministériels. La mission de ses équipes consiste à vérifier et à s’assurer de l’effectivité au poste des agents publics. (…) Nous devons absolument assainir pour préserver la fortune publique toutefois ceux des mises en cause qui estimeraient injustement sanctionner, pourront saisir le conseil supérieur de la fonction publique à titre de recours. » conclue-t-il.