Cameroun – Olivier Bibou Nissack: « Je ne suis pas loin de penser que l’administration m’interdit d’aller rencontrer Maurice Kamto »

Cameroun – Olivier Bibou Nissack: « Je ne suis pas loin de penser que l’administration m’interdit d’aller rencontrer Maurice Kamto »

Le porte-parole du leader du MRC dément l’information qui fait état de sa suspension par le candidat à l’élection présidentielle de 2019.

La nouvelle de la suspension d’Olivier Bibou Nissack de ses fonctions de porte-parole de Maurice Kamto a fait le tour des réseaux sociaux ces trois derniers jours. L’intéressé jusque là muet sur la question a réagi ce 17 septembre 2019 sur ABK Radio. Le communicateur a démenti à sa manière. « Je suis Bibou Nissack Olivier. Je suis le porte-parole de Maurice Kamto depuis quelques mois le président ému en dehors de toutes fraudes électorales au Cameroun. Je suis également le coordonnateur du pôle communication du MRC et Alliés qui est l’alliance qui dans le cadre de la résistance nationale guerroie en faveur de plus de démocratie et des libertés individuelles dans ce pays », a-t-il déclaré.

Il a également indiqué qu’il n’avait pas rencontré le professeur Maurice Kamto depuis « quelques semaines ». Bibou Nissack a fait savoir que son absence à la prison principale de Yaoundé depuis un moment est due aux tracasseries administratives. « Ne vous inquiétez pas…Sur ma proximité physique avec le président élu elle subit depuis quelque temps quelques pesanteurs qui nous sont infligés par l’administration qui a la charge de délivrer les permis de communiquer. Le mien pas renouvelé. Voilà pourquoi depuis quelques semaines c’est assez difficile pour moi ». Il poursuit : « Je ne suis pas loin de penser qu’il m’est interdit d’aller rencontrer monsieur Maurice Kamto vu les difficultés rencontrées dans l’obtention de mon permis de communiquer. Je ne comprends pas pourquoi il y a des pesanteurs. J’aimerais qu’on me l’explique ».

Le porte-parole de Maurice Kamto estime que cette entrave à sa liberté d’aller et de venir à la prison principale de Yaoundé complique sa tâche. « Du coup nous sommes obligés de communiquer par des intermédiaires. Cela a quelques désavantages parce que s’agissant de certains aspects stratégiques vous imaginez bine que c’est avec délicatesse il peut y avoir quelques zones d’ombres sur certains aspects ».
A lire aussi
Réactions sur la situation des prisons au Cameroun: Le ministre de la Justice dans le viseur de la presse

Revenant sur la cacophonie observée il y a peu dans la communication du MRC et de ses alliés, il répond que c’est quelque chose « qui arrive dans toutes les organisations ». Il préfère voir l’essor du mouvement politique qu’il soutient. « Ce qui se passe au plan sociopolitique et qui est dirigé par l’alliance MRC et Alliés est sans précédent. Les mécanismes qui doivent être mis en place sont des mécanismes souvent pionniers dans leurs domaines, dans leurs qualités. Il peut donc arriver qu’au niveau des réglages et des dégoupillages, il y ait quelques retards. Mais dans l’ensemble ce qui importe c’est qu’au finish la résistance nationale pacifique réponde présent sur tous les challenges qui lui sont posés. Et il me semble que ce la est le cas et c’est ce qui importe », déclare Bibou Nissack.
A lire aussi
Cameroun: l’opposant Maurice Kamto fête ses 65 ans en prison

Articles liés

Cameroun: la ministre Célestine Ketcha Courtes en opération de dépoussiérage de la ville de Maroua
Cameroun: Issa Tchiroma Bakary, la politique jusqu’au bout des ongles
Sécurité transfrontalière : le Cameroun et le Nigeria harmonisent leurs stratégies
Crise anglophone: le ministre Atanga Nji met en garde Orange et Mtn

%d blogueueurs aiment cette page :